Atelier Artistique 2017/2018

On n'avait encore rien écrit sur l'Atelier Artistique 2017/2018, mais rassurez-vous, il existe toujours et il travaille tout autant!!                

Cette année il est composé de douze jeunes dont cinq étaient déjà présents l'an passé. Et du coup, l'envie était là de reprendre le si beau travail amorcé l'année dernière pour le peaufiner cette année avec les anciens et en trouvant une belle place pour les nouveaux.              

Vous aurez l'occasion d'admirer ce travail, entre autre lors de la triennale de La Mure Ciné Théâtre au mois de mai. On vous en reparlera...

Sinon l'Atelier c'est toujours: les Journées de Grandir en Matheysine auxquelles ont participé les jeunes. Ils ont aussi assisté à la représentation de Wow! au théâtre et se rendront prochainement au  cinéma pour y voir des documentaires.

Enfin, comme toujours, les séances sont dédiées, de temps en temps à un temps d'échange. On les appelle les goûters philo! Voici ce que raconte le dernier en date:

Goûter philo du 16 décembre 2017
Ce que l’on nous interdit. L’autorité.

Pourquoi subit-on des interdits ?
Réactions des jeunes :
On sait qu’il y a des interdits, mais « on le fait quand même ». On a besoin de faire des bêtises rigolotes ou pas.
La première fois, on ne sait pas que ce que l’on fait est une bêtise, la seconde, il faut en accepter les conséquences.
Après la première fois, on définit les règles.
On ne se rend pas forcément compte que ce que l’on fait est une bêtise. C’est aux adultes de nous le signifier.
Voler est un interdit et un délit.
Des fois c’est la police qui a de l’effet sur les interdits.
Mais on a besoin de vérifier.
La bêtise, c’est plus léger que l’interdit.
Ce qui est accidentel, ce n’est pas une bêtise.
Les parents sont là pour poser les règles.
L’interdit, c’est de ne pas faire à l’autre ce que je ne voudrais pas que l’on me fasse.
Nous avons listé des bêtises : Briser un miroir de rue, reconvertir des pièces de monnaie, prendre la carte bancaire des parents pour acheter des jeux en ligne, voler dans la famille, brûler le garage, profiter de l’absence des parents pour faire ce que l’on veut, se moquer d’un adulte qui est faible, le ridiculiser et se cacher pour qu’il ne nous voie pas…
Tout le monde avait son exemple !
Des fois, je suis rentré dans le jeu de mes copains. Ils me disaient : « t’es pas cap de faire ceci ou cela… » Alors je le faisais.
Moi, j’aime pas que l’on me force.
Moi j’aime faire comme mes parents, je me vois grande comme eux.
Nous avons exprimé des interdits insupportables ou incompréhensibles :
On n’a pas le droit de jouer dans la neige à la récréation. Nous on nous interdit les boules de neige.
Au collège, on n’a pas le droit de porter un short lorsque l’on est une fille. Il faut faire attention à la longueur, alors que les garçons sont en bermuda…
Le voile est interdit, mais en quoi ça nous regarde ?
Nous,  on n’a pas le droit à porter un tee-shirt avec une tête de mort au collège.
Chez moi, je n’ai pas le droit de me promener tout nu, mais qu’est ce ça fait si je suis chez moi ?
Conclusion :
Il y eu une très bonne participation de tous. Ce sujet qu’ils avaient choisi nous a surtout permis de poser des questions. Les jeunes semblent entrevoir la nécessité de certains interdits, mais sont disposés à une plus grande liberté des uns vis-à-vis des autres. Il s’est dégagé de ces échanges, une ouverture d’esprit large et ouverte. La différence chez l’autre ne les gêne pas a priori, même s’il est important pour certains d’entre eux « d’appartenir »  à un groupe.

 

 

Contactez nous

La compagnie de la Mouche / La Mure Cinéma Théâtre
Place du théâtre / 38350 La Mure
Tel : 04 76 81 22 92 / Email : contact@compagniedelamouche.fr


© Copyright 2012 La compagnie de la Mouche - Tous droits réservés - Mentions Légales - Création eyenet